La biosécurité en élevage (porcin)

Quels sont les grands principes de la Biosécurité ? Trois grands principes inhérents à un programme de biosécurité : - l’isolement et la sectorisation - la maîtrise des circuits - le nettoyage et la désinfection

(Complèment) Les enjeux majeur pour sécursier les elevages.



L’isolement et la sectorisation

Objectif de l’isolement Protéger les porcs d’une exposition aux virus, bactéries ou autres agents pathogènes via l’exclusion (tenir la maladie à l’écart) et/ou le confinement (si la maladie a déjà été observée, l’empêcher de se propager à des bandes saines, ou à d’autres secteurs). Les quarantaines et infirmeries constituent des zones d’isolement à part entière.

Objectif de la sectorisation La sectorisation consiste à rechercher, classifier et isoler des secteurs dont les « microbismes » (niveaux d’infection et de contamination), et statuts immunitaires différents les uns des autres. D’une manière générale, on applique cette règle de sectorisation en séparant truies, porcelets et charcutiers, dont on considère que le niveau de contamination et d’immunité sont différents.

La maîtrise des circuits Objectif L’objectif principal de la maîtrise des circuits est de limiter en permanence l’accès à l’élevage et aux bâtiments (opérateurs, visiteurs), ainsi que les « flux entrants » (animaux et matériel). Au sein de l’élevage lui-même, la maîtrise des circuits s’illustre par le principe de la « marche en avant », depuis les secteurs les moins contaminés vers les plus contaminés. Le nettoyage et la désinfection Objectif En complément de l’isolement et de la sectorisation, il s’agit de limiter la contamination de l’environnement de l’élevage et des bâtiments. De nouvelles options de désinfection s'offrents aujourd'hui aux exploitants, tel que la désinfection via la Nébulisation de produits désinfectants. Bhiorg, expert en biosécurité vous propose ses machines nébuliseurs.

Comment les appliquer ? En gérant les intrants animaux - Introduction d’animaux (porcelets + reproducteurs de remplacement) : origine des animaux (préférer les origines uniques aux origines multiples) + nombre d’introductions (à limiter au maximum) - Circulation des reproducteurs - Isolement des animaux malades : infirmerie / mise en quarantaine - Durée de quarantaine suffisante : standard supérieur à 9 semaines - Contrôler les mouvements des animaux et des réallotements

- Nombre de réassorts à limiter au maximum

- Transitions souples dans le temps


Bhiorg - Famer

En gérant les intrants physiques - Désinfection des véhicules - Lavage et désinfection du matériel et de l’équipement (en particulier ceux utilisés dans d’autres élevages) - Filtration de l’air - Programmes de dératisation - Désinsectisation des bâtiments En gérant les intrants humains - Limiter les contacts avec les personnels extérieurs (liste des visiteurs obligatoires, registre de visites et accès restreints) - Organiser le vestiaire d’entrée en trois secteurs :

- Vestiaire contaminé (vêtements civils)

- Douches sas

- Vestiaire propre (combinaisons et cottes)

En gérant les circuits dans l’élevage

Un élément clé: le stockage des lisiers

La « marche en avant » concerne les flux des matériels, personnels et animaux. Ces flux doivent s’opérer depuis les secteurs les moins contaminés vers les secteurs les plus contaminés. Compte-tenu de leurs niveaux de contamination croissants, la circulation s’opére classiquement de la maternité au post-sevrage, puis du post-sevrage à l’engraissement. Le quai d’embarquement des charcutiers constitue l’étape ultime, de laquelle rien ni personne n’est sensé revenir. Le sens de « marche en avant » peut être bien sûr modifié si le niveau de contamination différentiel l’exige (pathologies graves en maternité).