Influenza aviaire : Explications et mesures de biosécurité pour les opérateurs professionnels

Qu’est-ce que l’Influenza Aviaire (IA)? L’influenza aviaire (IA), provoquée par le virus de

l’influenza de Type «A» est une maladie animale qui peut infecter plusieurs espèces d’oiseaux d’élevage (poulets, dindons, cailles, pintades, etc.) ainsi que les oiseaux d’ornement et les oiseaux sauvages, certaines souches entraînant un taux de mortalité élevé.


Ce virus a également été isolé chez des mammifères dont l’homme, le rat et la souris, le vison et le furet, le porc, le chat, le tigre et le chien. Les virus de l’influenza aviaire ne sont pas nouveaux. La littérature décrit l’existence de nombreux foyers d’IA chez les volailles d’élevage au cours des siècles. Il y a plusieurs souches de virus de l’IA, généralement classées en deux catégories: les souches faiblement pathogènes (IAFP) provoquant généralement peu ou pas de manifestations cliniques chez les oiseaux et les souches hautement pathogènes (IAHP) entraînant de graves manifestations cliniques et/ou une forte mortalité. La souche hautement pathogène H5N1 du virus de l’IA a beaucoup fait parler d’elle ces dernières années en raison de l’apparition de foyers importants chez les oiseaux domestiques et les oiseaux sauvages au niveau mondial à partir de l’Asie. La situation est préoccupante en raison du degré de virulence non seulement chez les volailles mais également chez les oiseaux sauvages ainsi que la capacité de cette souche à s’étendre aux mammifères.



Les virus de l’IA se cantonnent généralement à l’animal alors que le virus de l’IAHP H5N1 a provoqué des cas humains. Il existe des souches de virus IAHP H5N1 faiblement pathogènes qui n’entraînent pas de manifestations cliniques graves. L’Influenza Aviaire est une maladie répertoriée dans la liste du Code Sanitaire pour les Animaux Terrestres de l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE). L’influenza aviaire devant faire l’objet d’une notification comprend deux sous-types particuliers, H5 et H7 qui doivent être déclarés à l’OIE (conformément au Code Sanitaire pour les Animaux Terrestres de l’OIE).


Où trouve-t-on la maladie?

L’IA est présente dans le monde entier avec différentes souches plus présentes dans certaines parties du monde. Il faut tout particulièrement noter l’apparition de foyers d’IA H5N1 hautement pathogènes en Asie du Sud Est fi n 2003. D’autres foyers ont été signalés ces dernières années par plusieurs pays d’Asie et pour certains, la maladie est désormais considérée comme endémique (toujours présente). Il a également été fait état de l’apparition de foyers d’IAHP H5N1 en Afrique et en Europe.


Comment la maladie se transmet et se propage-t-elle?

De nombreux facteurs peuvent contribuer à la propagation des virus de l’IA notamment la mondialisation et les échanges commerciaux internationaux (légaux et illégaux), les pratiques de commercialisation (marchés aux oiseaux vivants), les pratiques d’élevage ainsi que la présence des virus chez les oiseaux sauvages. Les oiseaux sauvages peuvent normalement être porteurs des virus de l’influenza aviaire dans leur système respiratoire ou intestinal sans généralement présenter les signes de la maladie. Les oiseaux sauvages sont connus pour être des réservoirs de virus de l’IA, pour la plupart faiblement pathogènes. Des mesures de surveillance ont été mises en place au niveau mondial pour contrôler l’apparition des virus de l’IA chez les oiseaux sauvages et étudier leurs caractéristiques. Lors de tests de routine pratiqués chez les oiseaux sauvages, il est courant de trouver certains virus de l’infl uenza aviaire dont la grande majorité ne provoque pas la maladie. L’étude des foyers actuels d’IAHP H5N1 ne permet pas encore de comprendre dans tous les cas le rôle exact que jouent les oiseaux sauvages dans la propagation du virus sur de longues distances.


De manière générale, il subsiste des zones d’ombre quant aux espèces sauvages impliquées, aux voies migratoires choisies et surtout quant à la possibilité qu’auraient certaines espèces à devenir des réservoirs permanents du virus H5N1, avec des oiseaux porteurs ne présentant aucune manifestation clinique de la maladie. Les virus de l’IA peuvent se propager par contact direct avec les sécrétions d’oiseaux infectés, tout particulièrement par leurs déjections ou par l’intermédiaire de la nourriture, de l’eau, d’équipements ou de vêtements contaminés. Les virus de l’influenza aviaire sont très contagieux chez les volailles et se propagent rapidement d’une ferme à l’autre avec les mouvements d’oiseaux domestiques vivants, des hommes (surtout en cas de contamination des chaussures et d’autres vêtements), par les véhicules, divers équipements, la nourriture ou les cages contaminés. Les virus hautement pathogènes peuvent survivre longtemps dans l’environnement, surtout en présence de basses températures.


Quels sont les risques de santé publique associés à cette maladie?

Cette maladie est une zoonose (maladie touchant principalement les animaux mais pou